Etude des Mnemiopsis Leidyi

Thèse de doctorat de Guillaume Marchessaux

Une étude interdisciplinaire menée depuis 2015 par Guillaume Marchessaux (doctorant au MIO & LPED, Aix-Marseille Université), s’intéresse à la compréhension de l’impact écologique et sociologique de la prolifération de Mnemiopsis leidyi dans les étangs de Berre et de Camargue.

Espèce invasive, le gélatineux Mnemiopsis leidyi, présent dans les étangs de Berre et de Vaccarès depuis plus de dix ans, perturbe le fragile équilibre écologique de ces lagunes. Mnemiopsis leidyi est une espèce de plancton gélatineux non urticante appartenant au phylum des cténaires. Cette espèce est native des côtes atlantiques américaines (Amérique du Sud, Golfe du Mexique et côte est des Etats-Unis) où elle est observée principalement en zones côtières (i.e. estuaires, lagunes), zones à l’interface entre la mer et le continent, particulièrement influencées par les pressions anthropiques.

Dans les étangs de Berre et du Vaccarès, la prolifération de Mnemiopsis leidyi a été identifiée comme un problème pour plusieurs activités humaines. En effet, les pêcheurs professionnels sont les plus affectés : Mnemiopsis obstruent et dégradent les filets. De plus, en cas de fort colmatage, cela peut entraîner l’asphyxie des poissons capturés qui deviennent alors pour la plupart invendables. L’impact de l’invasion de Mnemiopsis leidyi sur la pêche peut entraîner une perte annuelle de 50 % du chiffre d’affaires. Mnemiopsis leidyi n’est pas urticante et n’impose donc pas la fermeture des activités de baignade. Cependant, la présence de fortes concentrations génère toutefois une gêne conséquente pouvant repousser les baigneur.

La population de M. leidyi est nettement établie dans l’étang de Berre. Cette étude interdisciplinaire en océanographie et sociologie permet d’établir un état des lieux de l’impact de l’invasion de Mnemiopsis leidyi sur l’environnement de la lagune et sur les activités humaines qui y sont pratiquées. Ainsi, l’objectif final de cette étude sera de proposer des mesures de gestion de cette invasion adaptées à l’environnement de l’étang de Berre.

Page de Guillaume Marchessaux au MIO : cliquer ici !

Le saviez-vous ?

Mnemiopsis leidyi  n’est pas une méduse ! C’est un plancton gélatineux non urticant appartenant au phylum des cténaires.

Deux vidéos illustratives

Article modifié le 24/07/2018