Un réseau européen pour une protection locale

  1. La création d’un réseau

Suite au « Sommet de la Terre » de Rio de Janeiro en 1992, l’Union européenne s’est engagée à lutter contre la perte de la biodiversité dont s’alarme la communauté scientifique. Ainsi, le réseau Natura 2000 regroupant plus de 27 000 sites écologiques a été créé (1 800 en France), ce qui en fait le plus vaste réseau de sites protégés au monde.

Ce réseau est fondé sur l’application de deux directives européenne :

Les espèces et habitats naturels qui nécessitent, sur la base de ces deux directives, la désignation de zones de protection spéciale ou de zones spéciales de conservation sont dîtes d’intérêt communautaire, car représentatives de la biodiversité européenne.

  1. Une animation à la française

Les états membres ont le libre choix des instruments permettant de garantir un état de conservation favorable des habitats et des espèces. En Rrance, le choix s’est porté sur une gestion concertée, volontaire et contractuelle :

Les enjeux, objectifs et mesures de conservation sont définis par un comité de pilotage, regroupant l’ensemble des acteurs concernés pour chacun des sites Natura 2000 (services publics, collectivités, propriétaires, associations, agriculteurs, usagers, scientifiques, etc.), dans un document d’objectifs (DOCOB). Une fois ce document validé, le site est animé par une structure animatrice, et différents outils contractuels de gestion sont proposés aux acteurs locaux :

  • Contrats Natura 2000
  • Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC)
  • Charte Natura 2000

 

En savoir plus :

Les sites Natura 2000

Le réseau Natura 2000

Article modifié le 02/10/2018