Etang de Berre

Trajectoire historique

Depuis deux mille ans au moins, depuis l’aménagement du marais de Caronte par les Romains, l’Homme a remodelé le paysage de l’étang de Berre à sa guise. Mais jusqu'à la fin du 19e siècle, le paysage a gardé son caractère rural avant d‘être rapidement transformé en zone industrielle au cours des 150 dernières années. Aujourd’hui une nouvelle mutation est en train de se réaliser. Il est intéressant de noter que la formation de l’étang de Berre il y a environ 10 000 ans lors de la dernière transgression marine est concomitante de l’installation des premières sociétés humaines autour du bassin méditerranéen. Des groupes humains se sont sédentarisés sur les rives de l’étang, profitant ainsi des ressources apportées par cet environnement avec un milieu marin accessible et bien abrité et des terres propices au développement de l’agriculture et de l’élevage. Puis, tout au long de l’histoire, en même temps que l’organisation sociale et économique évoluait, elle interagissait avec des écosystèmes eux-mêmes changeants. La principale caractéristique de la trajectoire de l’étang de Berre est donc qu’elle est intimement liée à l’action de l’homme, dès son commencement.

Trajectoire historique

-7000
1810
1863
1870
1929
1930
1966
-7000

Formation de l'étang de Berre

A la suite de la transgression flandrienne, l’étang de Berre se forme par le remplissage de la plaine.

Les légions romaines creusent le chenal de Caronte, à – 2 m abaissant ainsi le niveau de l’étang, ce qui fait émerger l’actuel cordon sableux du Jaï séparant l’étang de Berre de l’étang de Bolmon (il s’agit d’une hypothèse). Le haut fond s’est formé en raison de la dynamique hydro sédimentaire sous l’influence du vent de N-O, puis aurait émergé à la suite d’une baisse du niveau de l’étang de Berre consécutive au creusement de Caronte.

 

1810

Développement de l'industrie chimique (soude)

Installation de la 1ère usine de soude du département sur les Salins du Lion (en activité jusqu’en 1966 par la Compagnie des Salins du Midi). L’industrie chimique basée sur la transformation du sel, se développe autour de l’étang, domaine du sel depuis la plus haute antiquité, pour répondre aux besoins des savonneries de Marseille. Le procédé de fabrication Leblanc nécessite l’utilisation de sel et permet la fin des importations de soude végétales venues d’Espagne. Les fabriques vont donc s’installer soit à proximité des salins (cas de l’étang de Berre), soit à proximité des clients (savonneries de Marseille).

En 1820, usine de la Pointe de Berre construite par la Compagnie des produits chimiques du midi et exploitée jusqu’en 1894 ; rachetée par Saint-Gobain.

En 1870 : 1 usine aux Salins du Lion, 3 aux Salins de Berre, 2 aux Salins de Rassuen (jusqu’en 1955) et 1 aux Salins de Plan d’Aren.

1863

Chenal de Caronte

Les communications entre l’étang de Berre et la Méditerranée réduites suite au comblement naturel du canal de Caronte, sont rétablies suite au creusement du chenal de Caronte à – 4 m.

1907 : le chenal de Caronte est approfondi à – 6 m.

1925 : le chenal de Caronte est approfondi à – 9 m. Il s’agit de permettre le passage de navire à fort tirant d’eau.

Cette restructuration sera suivie en 1928 d’un élargissement définitif.

1870

Canal du Rove

Projet du canal du Rove reliant Marseille au Rhône par l’étang de Berre. La construction du canal commence en 1911 à l’Estaque et se finit en 1924.

1926 : ouverture du tunnel et du canal du Rove. Il s’agit de garantir la continuité fluviale entre le Rhône et Marseille. Une communication hydraulique supplémentaire entre l’étang et la mer (anse de l’Estaque) est ainsi aménagée.

1963 : effondrement du tunnel du Rove. Les échanges hydriques via ce tunnel sont totalement interrompus.

Marseille quartier de l’Estaque. Tunnel du Rove reliant l’Etang de Berre à la mer Méditerranée.
Marc Torres
1929

Début de la pétrochimie

Raffinerie Shell à Berre l’Etang

1934 : la Compagnie française de pétrole s’installe à la Mède.

La Chambre de Commerce et de l’Industrie décide la création d’un nouveau port à Lavéra, que l’Etat accepte en 1949. L’étang trouve alors sa vocation industrielle : porte pétrolière de France.

Dans les années 60 : les infrastructures de l’étang de Berre deviennent obsolètes face au gigantisme toujours plus prononcé du trafic pétrolier et c’est le golfe de Fos qui devient le site à développer (1965).

1930

Début de l'industrie aéronautique

L’étang de Berre est idéal pour l’aéronautique : le climat caractérisé par la rareté des précipitations, la visibilité exceptionnelle, la disposition de vastes terrains plats et un plan d’eau calme.

La gestion de l’aéronautique est confiée à la Chambre de Commerce et de l’Industrie qui hérite du site de Marignane, acheté en 1920 par la Marine puis cédé à la Direction de l’aéronautique civile du ministère de l’Air. La Marine avait fait alors l’acquisition de terrains à Berre l’Etang où elle implanta une base d’hydravions. Parallèlement, l’armée de terre possèdait depuis 1917 une base à Istres le Tubé réputé pour sa qualité atmosphérique et l’éloignement de cette zone de toute zone habitée.

1937 : nationalisation de l’aéronautique française.

1946 : reconstruction de l’aéroport de Marignane.

1955 : réalisation d’un aéroport d’envergure internationale, inauguré en 1961, symbole de modernité. L’aéroport de Marignane devient l’aéroport de Marseille.

1960 : l’Etat concentre à Marignane la fabrication d’hélicoptères jusqu’à donner naissance à Eurocopter dans les années 90, Airbus Helicopter aujourd’hui.

1966

Centrale EDF de Saint-Chamas

Mise en service de la chaîne hydroélectrique de la Durance qui utilise l’étang de Berre comme milieu récepteur. De considérables quantités d’eau douce et de limons, provenant du détournement de la Durance, y sont alors déversées (3,3 milliards de m3/an ; 520 000 tonnes de limons par an).