Le GIPREB

Le GIPREB est un syndicat mixte ouvert dont les objectifs sont l'amélioration de la qualité écologique des milieux aquatiques du complexe lagunaire de l’étang de Berre et notamment le retour des caractéristiques d'une lagune méditerranéenne profonde au fonctionnement équilibré pour le grand étang.

Le mot du Président

Trop, c’est trop

Les scientifiques nous le disent depuis de nombreuses années, avec leurs mots : eutrophisation, stratification, anoxies des fonds. Trop de nutriments (azote), trop de limons, trop d’eau douce de la centrale EDF. Trop, c’est trop !

Cet été, nous l’avons tous vu : les mortalités de poissons, de coquillages, les eaux vertes, les eaux rouges, les eaux blanches…Trop, c’est trop !

Plus de 30 ans après le début du combat pour la réhabilitation de l’étang de Berre, vous avez été nombreux à vous en être émus et à vous être mobilisés. Votre soutien nous est précieux. Il témoigne que nous avons raison de nous battre encore et toujours pour l’étang de Berre. Même s’il est difficile de se battre contre un lobby aussi puissant que celui d’un leader mondial de l’énergie ! Mais quand la pêche est interdite, quand les usages nautiques ne sont plus possibles, combien d’emplois sont affectés ?

Nous ne baisserons pas les bras. Car ce n’est pas la faute du soleil si tout est mort dans l’étang cet été … Le soleil a toujours brillé en Provence ! Est-ce la faute du vent s’il a peu soufflé cet été ? Est-ce la faute des palourdes qui ont besoin d’oxygène pour vivre ?
Non, tout cela a participé à un effet « cocktail » mais la cause de l’asphyxie de l’étang, ce sont les rejets EDF déversés depuis tant d’années. Entre janvier et juillet 2018, 995,1 millions de mètres cubes d’eau et 43 454,5 tonnes de limons ! Les sondes installées un peu partout dans l’étang montrent que l’oxygène y a disparu en certains endroits 25 jours d’affilée cet été !! Sans oxygène, pas de vie bien sûr…

Alors ce combat pour la vie, nous allons le poursuivre tous ensemble… Tous les maires des communes du pourtour se sont unis pour demander au ministre de l’Ecologie et de la Transition énergétique de prendre des mesures immédiates pour la restauration de l’étang de Berre : réduction des apports d’eau douce via le canal usinier EDF à 600 millions de m3 au lieu d’1,2 milliard, et réouverture du tunnel du Rove à la circulation d’eau marine depuis la rade de Marseille. Des mesures à court terme en attendant le détournement des eaux du canal usinier EDF avec retour au Rhône qui peut être réalisé sans impact financier pour l’Etat, comme nous l’avons démontré.

En outre, un étang réhabilité, ce sont aussi 25 000 emplois créés dans un secteur économique durement touché. Cela doit être pris en compte au plus haut niveau.

L’été 2018 a illustré de façon dramatique l’urgence d’agir !

Serge ANDREONI Président du GIPREB
79 M.Torres GIPREB Mai Juin