Le Conseil Scientifique

Un regard scientifique reconnu

Le Conseil scientifique est chargé de mener à bien des réflexions sur l'écosystème de l'étang de Berre et sa restauration, à la demande du Comité syndical ou de sa propre initiative.

Le Conseil Scientifique assure la caution scientifique des opérations d’acquisition de connaissance engagées par le GIPREB, que ces opérations soient réalisées en régie (suivi écologique par ex.) ou commanditées par lui (études sous-traitées). Cette caution scientifique se décline en trois points :

* Avis scientifique
– de la nature et du contenu des programmes concernant l’acquisition des connaissances sur le milieu,
– des résultats obtenus par les divers programmes (suivis, études, modélisation, programmes de recherche…),
– des propositions de poursuite de l’action du GIPREB découlant des résultats.

* Propositions de modifications éventuelles des programmes en cours (optimisation ou réajustement) et propositions de nouveaux programmes à conduire en fonction des résultats acquis.

* Assistance à la direction du GIPREB et au Comité Syndical sur toutes les problématiques milieu qui sont susceptibles de lui être soumises. En particulier, il apporte son avis d’expert sur la nature des programmes à engager. Il peut également être consulté, sur saisine particulière, dans le cadre d’études ponctuelles délicates ou lors d’étapes clés.

Les réponses aux saisines du comité syndical, ou les autosaisines du Conseil Scientifique, peuvent être téléchargées dans la section Téléchargement (n’hésitez pas nous contacter si des documents sont manquants)

Les membres du Conseil Scientifique

Les membres du conseil scientifique sont les suivants:

  • Samuel Meule (Président), CEREGE, Aix-Marseille Université. Sa spécialité est la dynamique sédimentaire du littoral.
  • Catherine Aliaume, Université Montpellier II. Sa spécialité est l’écologie lagunaire-ichtyologie, ressources.
  • Catherine Fernandez, MIO-Aix-Marseille Université. Sa spécialité est l’écologie méditerranéenne.
  • Annie Fiandrino, Ifremer. Sa spécialité est l’écologie lagunaire, le fonctionnement des écosytèmes.
  • Christelle Gramaglia, CEMAGREF à Montpellier. Sa spécialité est la sociologie de l’environnement.
  • Patrick Grillas,Tour du Vallat. Sa spécialité est l’écologie lagunaire-macrophytes.
  • David Nerini, MIO-Aix-Marseille Université. Sa spécialité est la modélisation, la statistique.
  • Yann Ourmières, MIO-Aix-Marseille Université. Sa spécialité est la modélisation.
  • Georges Stora, CNRS, Marseille. Sa spécialité est l’écologie lagunaire-macrofaune benthique.
  • Eve Truilhe-Marengo, Université de Provence. Sa spécialité est le droit de l’environnement.
  • Marc Verlaque, CNRS, Marseille. Sa spécialité est l’écologie lagunaire-macrophytes.
  • Sylvain Rigaud, Université de Nimes. Sa spécialité est la biogéochimie des milieux aquatiques

 

Son président : Samuel Meulé

Son CV et ses différentes activités de recherche sont à retrouver sur sa page au CEREGE ou sur sa page ResearchGate.

 

Témoignage de Samuel Meulé

Je suis chercheur-enseignant à l'Université d'Aix Marseille au sein de l'institut OSU Pythéas. Mes objectifs scientifiques concernent l’étude et l’analyse des processus hydrodynamiques et de transport sédimentaire en zone littorale. Depuis 2013, une partie importante de ma recherche se tourne vers l’étude des zones lagunaires, fortement en lien avec le système littoral (ouverture de grau, problématique de submersion, interaction avec la nappe phréatique littorale...). Les mots clefs de mes activités scientifiques sont donc les interactions hydrodynamiques avec différents compartiments : - à l’interface eau-sédiment, quels sont les processus de mobilisation des particules sédimentaires ? - à une échelle plus importante, quel est le rôle de la morphologie et comment celle ci évolue ? L’approche est ici morphodynamique. - quels sont les impacts des structures de protection du littoral sur l’hydrodynamisme et la morphodynamique ? - quels rôles jouent les herbiers de phanérogames (posidonies, zostères...) dans les zones lagunaires et littorales au niveau des différents compartiments hydrodynamiques et morphodynamiques ? De ces questions découlent d’autres questions notamment sur la transformation de la houle de la côte à la plage, la génération des ondes infragravitaires, les interactions entre les courants, le vent, la houle, la génération de la turbulence dans la couche limite et l’impact que cela peut avoir sur la mobilisation des particules ou la diffusivité de l’oxygène dans la colonne d’eau et enfin sur les aléas littoraux de manière plus globale. De part mes problématiques scientifiques, j'en suis venu à m'intéresser à certaines questions sur le site de l'étang de Berre, notamment sur la problématique des herbiers de zostères. C'est dans ce cadre de recherche que la thèse d'Anne-Eléonore Paquier s'inscrit (co-direction avec Edward Anthony, CEREGE, OSU Pytheas) sur le sujet "Interactions des dynamiques sédimentaires avec les herbiers de phanérogames en eau peu profonde, Étang de Berre". Celle-ci a défendu sa thèse en novembre 2014. Depuis 2010, je suis membre élu du Conseil scientifique du GIPREB-syndicat mixte pour la restauration de l’étang de Berre. En 2015, je deviens vice-président de ce conseil et depuis Septembre 2017, je suis élu président de ce conseil scientifique. Ce Conseil est extrêmement intéressant et permet à travers les échanges entre scientifiques mais également avec les gestionnaires, les représentants des collectivités territoriales et ceux des services de l'Etat, de répondre à des questions d'actualités sur un site au coeur de fortes problématiques d'anthropisation, d'eutrophisation et de réhabilitation écologique. Au-delà des participations aux différents conseils scientifiques, un certain nombre de questions plus spécifiques peuvent être adressé à certains membres du Conseil. J'ai ainsi participé à plusieurs saisines du CS par le Comité syndical du GIPREB. Entre 2013 et 2015, j'ai participé au Comité de pilotage sur l'acquisition d'un outil de modélisation hydrodynamique dans l'étang de Berre par le GIPREB, que cela soit pour la consultation des différentes offres par les bureaux d'étude ou pour le suivi de travaux qui sont envisagés sur le pourtour de l'étang de Berre. Depuis 2015, je participe également au Comité de pilotage concernant la réouverture du tunnel du Rove, sujet toujours d'actualité. En 2017, nous avons rédigé une réponse à une saisine sur l’état du milieu après 10 ans de réduction et « lissage » des rejets EDF.

Picture 124 1493211062 Samuel Meulé Président du conseil scientifique du GIPREB
Article modifié le 12/12/2018