SWeinberg, herbier de zostères

L’observatoire du milieu 2019

Le 17/11/2020
Après la catastrophe écologique de 2018, que s'est-il passé en 2019 pour l'écosystème de l'étang de Berre ?

L’année 2019 fait suite à la grave crise écologique de 2018, qui a été marquée par une importante crise dystrophique (liée à un excès de nutriments) engendrant des anoxies même dans des secteurs peu profonds (moins de 2 mètres) et des mortalités associées à ces anoxies. Ainsi, les résultats de l’Observatoire du milieu 2019 permettent d’observer la résilience de l’étang après cette crise.

Si l’année 2019 a été une année chaude et pluvieuse, en revanche, les apports de la centrale EDF de Saint-Chamas ont été les plus faibles depuis son ouverture en 1966, soit 573,71 millions de mètres cubes d’eau. Sous l’effet de ces apports faibles pendant la majeure partie de l’année, on observe une diminution de la concentration en nutriments (azote et phosphore) dans la colonne d’eau en 2019. Les conditions d’oxygénation ont été meilleures qu’en 2018. La transparence de l’eau a été bonne avec des concentrations en matières en suspension et en chlorophylle a faibles.

En ce qui concerne la macrofaune benthique (espèces vivant dans les fonds de l’étang), après les mortalités massives observées en 2018, on observe des signes de recolonisation avec la présence de juvéniles de moules qui constituent la majorité des peuplements. Malheureusement, on ne retrouve que très peu d’espèces.

En ce qui concerne les algues, les espèces nitrophiles, comme les ulves, sont toujours abondantes et témoignent d’un écosystème eutrophisé. Pour les plantes aquatiques, les herbiers de zostères, dont plus de 50 % de la surface a disparu, la crise a eu un impact majeur. La surface est estimée en 2019 à 7,2 hectares contre 17,9 hectares en 2017. Certains herbiers historiques ont même disparu de plus de 90 % (Pointe de Berre, Vaïne) et leur état de dégradation est tel, qu’il n’est plus possible de parler d’herbier. dans cet état, ils n’assurent plus de rôle écologique, essentiel pourtant au bon fonctionnement de l’écosystème.

herbiers de la pointe de Berre en 2019
herbiers de la pointe de Berre en 2019

Ainsi la photographie de l’écosystème de l’étang de Berre en 2019 montre un recul sur la trajectoire d’amélioration dans lequel il était lancé depuis 2014.

 

Découvrez le rapport de l’Observatoire du milieu 2019

Commentaires

Vous souhaitez commenter cet article ? Lancez-vous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *