Steven Weinberg

Le bilan de l’Observatoire 2018 est sorti !

Le 02/05/2019
Chaque année, le Gipreb publie le bilan de l'Observatoire du milieu. Celui de 2018 vient de paraître...

La première partie de l’année 2018 se place dans la continuité des années précédentes avec des niveaux d’eutrophisation (Azote total, Phosphore total, Chlorophylle a) assez faibles. Cependant, on observe des apports en eau douce (pluviométrie, tributaires naturels et canal EDF) un peu plus importants qui entraînent une baisse de la salinité printanière peu usuelle. Cette baisse de la salinité va avoir des conséquences sur la structuration des peuplements de macrophytes en favorisant le développement des cladophores et en réduisant les abondances des rhodobiontes. Le suivi des herbiers de zostères effectué sur quelques sites montre une poursuite de la dynamique de progression en juin 2018.

A partir de la fin du mois de juillet 2018 et au moins jusqu’à la fin de l’année 2018, on assiste à une bascule importante. Sous l’effet des apports printaniers conséquents, de la forte chaleur et du fort ensoleillement, d’importants blooms planctoniques vont se développer dans l’étang de Berre, réduisant fortement la transparence. L’absence notable de vent pendant la période estivale, combinée à la forte stratification des eaux, va engendrer des anoxies en profondeur. Ces anoxies sont renforcées par l’importante demande en oxygène nécessaire à la dégradation de la matière organique issue de la sédimentation du phytoplancton et par la respiration de la biomasse benthique (palourdes notamment). Ces anoxies vont remonter jusqu’à des profondeurs assez faibles (1.5 m), toucher près de 93 % de la surface de l’étang et décimer les peuplements de macrofaune benthique. Ainsi, en septembre 2018, des organismes benthiques vivants ne sont échantillonnés qu’à seulement 3 stations sur 10. Tous les peuplements benthiques sont touchés et les abondances moyennes chutent.

Sur la fin de l’année 2018, on enregistre ainsi les niveaux d’eutrophisation les plus importants depuis 2005 et la réduction des rejets de la centrale hydroélectrique. Par exemple, les concentrations moyennes de chlorophylle a en septembre 2018 sont les plus élevées, mesurées depuis 1998 (>100 µg pour la station H18 au fond), et les valeurs moyennes des trois mois d’été dépassent le seuil médiocre de la DCE (20 µg).

Alors que depuis les dernières années, on assistait à une amélioration de ces paramètres, l’année 2018 s’inscrit comme une année véritablement à part. Les conséquences de cet épisode sur certains compartiments comme les zostères ne sont visibles qu’aujourd’hui : les plongées effectuées fin avril 2019 dans l’étang de Vaïne montrent que l’herbier florissant auparavant sur les plages de Vitrolles a disparu ! Les peuplements benthiques ont été fortement impactés par la crise anoxique avec des mortalités quasi totales sur une grande partie de l’étang. Ces peuplements vont avoir besoin de temps pour se reconstituer et il n’est pas dit qu’il retrouve la même structure spécifique.

Dans la trajectoire écologique de restauration, l’année 2018 apparaît donc comme un recul important vers un système plus eutrophe. Cependant, il est difficile de conclure si cela constituera un simple accident ou s’il s’agira d’un véritable point d’inflexion dans la dynamique de restauration de l’étang de Berre.  Il est en effet impossible de prévoir les évolutions à venir qui vont fortement dépendre des conditions environnementales en début d’année 2019 (pluviométrie, régime de vent, apports en eau douce par les tributaires naturels et EDF…). Ces conditions vont influer sur la capacité de la lagune à « s’épurer » en matière organique par l’exportation via le chenal de Caronte. Cette capacité d’export de la matière organique présente en quantité dans les fonds de l’étang sera importante pour le niveau d’eutrophisation de l’année 2019.

Télécharger l’Observatoire du milieu 2018

Commentaires

Vous souhaitez commenter cet article ? Lancez-vous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *